On le sait tous, le sport fait partie intégrante du bien-être et permet surtout de rester en bonne santé. Cependant, comme toutes bonnes choses, il ne faut pas en abuser. Pratiquer une activité sportive de manière trop intense peut constituer une mauvaise habitude et rapidement développer chez nous le syndrome du surentraînement. On vous explique ce que c'est dans notre article.

Qu'est-ce que le syndrome du surentraînement ?

Le sport a de nombreux avantages. Il nous permet de maintenir un certain équilibre physique et moral. Il a l'avantage de réduire les troubles de l'anxiété et la dépression, comme il peut aussi augmenter notre estime de soi et nous aider à établir des liens sociaux. Au-delà de cela, il nous renforce, nous muscle, nous affine et bien d'autres choses positives encore.

Cependant, il est très facile de sombrer dans l'excès de la pratique sportive. En enchaînant les heures considérablement, en soulevant davantage de poids trop rapidement, en ne prenant pas le temps de s'étirer comme il faut, tout cela en réduisant les temps de pauses entre chaque séance. Ajoutez-y un peu du stress quotidien et une mauvaise alimentation et on y vient : on développe le syndrome du surentraînement malgré nous. Mais celui-ci, en plus d'augmenter le risque de blessures, il nous affaiblit.

Quels en sont les symptômes ?

On peut se rendre compte que l'on est atteint de ce syndrome par de multiples manières, bien que cela dépende aussi des habitudes de chacun. Parmi les plus courant symptômes, on note :

  • une fatigue extrême et des insomnies, bien qu'il y ait un besoin de sommeil intense
  • une baisse de performance (force, vitesse, endurance et coordination)
  • des douleurs musculaires et articulaires
  • une sensation de jambes lourdes et des chutes inexpliquées
  • des infections ou des maladies plus fréquentes
  • une perte de motivation et du "goût" de l'effort
  • une baisse d'appétit accompagnée d'une perte de poids
  • une baisse de la concentration et une instabilité émotionnelle
  • une possible anémie

Que faire si je souffre de ce syndrome ?

Comme on le dit souvent, mieux vaut prévenir que guérir. Il est important de savoir quelles sont les choses à respecter afin d'éviter le surentraînement. Pour cela, vous pouvez vous rapprocher de votre médecin sportif ou de votre entraîneur sportif si vous en avez un car ils vous seront de bons conseils.

Ils vous permettront de reconnaître vos capacités et d'établir des objectifs réalisables, de maîtriser les charges et l'intensité, ainsi que le temps d'entraînement et les temps de pauses comme il faut. Il est préférable également de veiller régulièrement à votre alimentation et à votre hydratation. Pour cela, tenir un carnet de suivi semble être une bonne idée.

Si vous avez des troubles du sommeil, vous aurez essentiellement besoin de ralentir et de trouver du temps pour vous reposer. On vous conseille aussi d'aller voir un médecin si vous constatez des douleurs ou si vous ne vous sentez pas en forme moralement.

On vous souhaite à tous une très bonne année 2020 et pleins de bonnes choses. Faites attention à vous lorsque vous pratiquez une activité physique et veiller surtout à vous reposer ! Vous pouvez nous écrire sur notre page Facebook si vous avez envie de réagir à notre article.